More Website Templates @ TemplateMonster.com - October 06, 2014!

Dictateurs "amis de la France" - morceaux choisis


Blaise Compaoré (Burkina-Faso) A la faveur d’un coup d’État en 1987 (dont les principaux parrains furent Houphouët-Boigny et Foccart), Blaise Compaoré élimine son rival politique, putschiste lui aussi mais dévoué à son peuple, Thomas Sankara, mettant un terme aux espoirs d’émancipation. Depuis, le Burkina s’est engouffré dans le schéma classique d’un pays françafricain : corruption, pillage des ressources naturelles (coton via la société Sofitex, or via la société Sirex), népotisme, assassinats politiques (le journaliste Norbert Zongo en 1998)… Le Burkina est un des derniers au classement IDH (175ème). Très proche de Paris, son principal bailleur de fonds, Campaoré a soutenu le criminel de guerre Charles Taylor dans le dépeçage du Liberia et vendu des armes aux rebelles du RUF en Sierra-Leone. Il a envoyé son armée participer à la prise du pouvoir par Bozizé en Centrafrique et au putsch de Baré Maïnassara au Niger en 1996.

Paul Biya (Cameroun) Mis en selle par Elf, de l’aveu même de l’ex-PDG d’Elf Loïc Le Floch-Prigent, Paul Biya succède en 1982 au dictateur Ahidjo, qui avait lui été mis en place par Jacques Foccart. Indétrônable, Biya bénéficie du savoir-faire en manipulation électorale de la France, qui voit en lui un rempart contre les partis anglophones, pour se faire réélire à chaque scrutin… Peu importe la répression exercée contre les journalistes, militants démocrates ou chefs traditionnels. Car le pays offre aussi de belles possibilités de profits à des groupes français influents, comme Elf, Rougier ou Bolloré.

Faure Gnassingbe Eyadema (Togo) En 1963, le sergent Étienne Gnassingbe Eyadéma commence sa carrière de futur dictateur par l’assassinat du leader de l’indépendance togolaise, le président Sylvanus Olympio. Depuis, son despotisme, sa férocité et son accaparement de l’aide et des richesses du pays (phosphate) ont contraint 1/10ème de son peuple à l’exil. L’armée, pléthorique, a réprimé les nombreux soulèvements populaires et semé la terreur. Chirac a applaudi les mascarades électorales de 1993, 1997 et 2003 qui reconduisaient son « ami personnel ». Rebelote en avril 2005 pour le successeur, Faure Gnassingbe : élections truquées et massacre de 500 à 800 opposants. Tel père, tel fils, hélas.

Omar Bongo (Gabon… depuis 40 ans !) A été réélu le 27 novembre 2005 avec 79,18 % des suffrages selon les résultats officiels. L’opposition a dénoncé des fraudes massives, constatées lors du scrutin. Le Gabon est militairement lié à la France par des accords de défense aux clauses secrètes. Plusieurs centaines de soldats d’élite français y stationnent en permanence. Le Gabon est un petit pays qui a du pétrole. Résultat : le PIB / habitant est élevé pour l’Afrique (5 500 $ par an). Mais le pays suscite les convoitises. De l’aveu de l’ex-président d’Elf, le gouvernement du Gabon se confond pratiquement avec Elf. Pour le plus grand profit d’une minorité (clan au pouvoir, actionnaires d’Elf, partis politiques français…). Et le malheur d’une majorité de la population gabonaise, qui n’a même pas de quoi se soigner.

Idriss Déby Itno (Tchad) Le Tchad constitue une base arrière essentielle pour la présence militaire française en Afrique. Ancien élève de l’École de guerre de Paris, Déby a pris le pouvoir par la force en 1990. Depuis, on ne compte plus les exactions commises par les « forces de sécurité » tchadiennes, à l’étranger (Congo-Brazzaville, Niger, Centrafrique…) et surtout dans le pays (torture et liquidation d’opposants, massacres à caractère ethnique). Ce qui n’empêche pas en 1997 Alain Richard, alors ministre de la Défense, de chanter ses louanges, tandis que des instructeurs de la DGSE « instruisent » la Garde Présidentielle… Non content d’être criminel, le régime Déby est aussi prédateur, comme la Banque mondiale a pu le constater dans la gestion des ressources pétrolières.

Denis Sassou-Nguesso (Congo Brazzaville) Lors des guerres civiles de l’été 1997 et de 1998-99, financées par Elf et plusieurs banques françaises, les milices de Sassou (les Cobras) ont massacré et violé de façon systématique. On parle de 100 000 morts. La justice française a reconnu en 2002 qu’on pouvait parler de Denis Sassou Nguesso comme d’un « dictateur », auteur de « crimes contre l’humanité ». L’affaire des « disparus du Beach », le massacre de 300 jeunes rapatriés, est venue le confirmer. Sur un autre registre, un fond d’investissement américain a montré qu’entre 2003 et 2005, il avait « oublié » de comptabiliser dans les recettes publiques près d’un milliard de dollars de revenus pétroliers, soit plus de 15% du budget de l’Etat ! Et pourtant, c’est ce président-là que Jacques Chirac choisit, en mars 2006, pour ouvrir la conférence de Paris sur le financement du développement… http://www.la-metisse.com/spip.php ?rubrique9


Sous-rubriques

Denis Sassou-Nguesso (Congo Brazzaville)
Lors des guerres civiles de l’été 1997 et de 1998-99, financées par Elf et plusieurs banques françaises, les milices de Sassou (les Cobras) ont massacré et violé de façon systématique. On parle de 100 000 morts. La justice française a reconnu en 2002 qu’on pouvait parler de Denis Sassou Nguesso comme d’un « dictateur », auteur de « crimes contre l’humanité ». L’affaire des « disparus du Beach », le massacre de 300 jeunes rapatriés, est venue le confirmer. Sur un autre registre, un fond d’investissement américain a montré qu’entre 2003 et 2005, il avait « oublié » de comptabiliser dans les recettes publiques près d’un milliard de dollars de revenus pétroliers, soit plus de 15% du budget de l’Etat ! Et pourtant, c’est ce président-là que Jacques Chirac choisit, en mars 2006, pour ouvrir la conférence de Paris sur le financement du développement…
Idriss Déby Itno (Tchad)
Le Tchad constitue une base arrière essentielle pour la présence militaire française en Afrique. Ancien élève de l’École de guerre de Paris, Déby a pris le pouvoir par la force en 1990. Depuis, on ne compte plus les exactions commises par les « forces de sécurité » tchadiennes, à l’étranger (Congo-Brazzaville, Niger, Centrafrique…) et surtout dans le pays (torture et liquidation d’opposants, massacres à caractère ethnique). Ce qui n’empêche pas en 1997 Alain Richard, alors ministre de la Défense, de chanter ses louanges, tandis que des instructeurs de la DGSE « instruisent » la Garde Présidentielle… Non content d’être criminel, le régime Déby est aussi prédateur, comme la Banque mondiale a pu le constater dans la gestion des ressources pétrolières.
Omar Bongo (Gabon)
Au pouvoir depuis 40 ans...

A été réélu le 27 novembre 2005 avec 79,18 % des suffrages selon les résultats officiels. L’opposition a dénoncé des fraudes massives, constatées lors du scrutin. Le Gabon est militairement lié à la France par des accords de défense aux clauses secrètes. Plusieurs centaines de soldats d’élite français y stationnent en permanence. Le Gabon est un petit pays qui a du pétrole. Résultat : le PIB / habitant est élevé pour l’Afrique (5 500 $ par an). Mais le pays suscite les convoitises. De l’aveu de l’ex-président d’Elf, le gouvernement du Gabon se confond pratiquement avec Elf. Pour le plus grand profit d’une minorité (clan au pouvoir, actionnaires d’Elf, partis politiques français…). Et le malheur d’une majorité de la population gabonaise, qui n’a même pas de quoi se soigner.

Paul Biya (Cameroun)
Mis en selle par Elf, de l’aveu même de l’ex-PDG d’Elf Loïc Le Floch-Prigent, Paul Biya succède en 1982 au dictateur Ahidjo, qui avait lui été mis en place par Jacques Foccart. Indétrônable, Biya bénéficie du savoir-faire en manipulation électorale de la France, qui voit en lui un rempart contre les partis anglophones, pour se faire réélire à chaque scrutin… Peu importe la répression exercée contre les journalistes, militants démocrates ou chefs traditionnels. Car le pays offre aussi de belles possibilités de profits à des groupes français influents, comme Elf, Rougier ou Bolloré.

Articles de la rubrique

Biafine Sarkozy à Bourgi : "Reste à l’ombre pour ne pas attraper de coups de soleil"
Le 12 septembre 2011, par Jean Denard, dans Dictateurs "amis de la France" - morceaux choisis
Dix bonnes raisons de penser que Nicolas Sarkozy - quoique blanchi par Bourgi - a lui aussi promis allégeance à Omar Bongo
Françafrique : tous les coups sont permis Sassou Nguesso usurpe la signature de Mandela !
Le 21 octobre 2009, par Jean Denard, dans Dictateurs "amis de la France" - morceaux choisis
Quelle ne fut pas notre surprise en juin dernier en découvrant le livre de propagande du dictateur congolais préfacé par l’icone anti-apartheid ! Voilà enfin l’explication : jamais Sassou n’en a parlé à Mandela... dont la fondation envisage de porter plainte. En attendant, les Congolais continuent de subir le joug de leur bourreau, reconduit en juillet à l’issue d’une mascarade électorale adoubée par la France. L’or noir permet de voir les choses en grand - surtout quand on le gère à l’abri des (...)
Elf : une Afrique sous influence Documentaire de Jean Michel Meurice sur l’entreprise française et son rôle au coeur de la politique française en Afrique
Le 24 novembre 2008, par Antoine Houphouët-Boigny, dans Dictateurs "amis de la France" - morceaux choisis
Elf : une Afrique sous influence" décortique le rôle historique d’Elf dans l’ancien pré-carré français en Afrique notamment au Gabon, au Congo et en Angola. Le film montre comment s’est mis en place, au lendemain de la décolonisation, un système de spoliation, protégée par l’État. Structurée autour des témoignages des principaux acteurs, décideurs politiques, ambassadeurs, conseillers "spéciaux", responsables des services de renseignements et "honorables correspondants", l’enquête décrit le développement et (...)
La politique de la France en Afrique : le duo Sarko-Guéant à l’oeuvre
Le 24 novembre 2008, par Antoine Houphouët-Boigny, dans Dictateurs "amis de la France" - morceaux choisis
Le site internet Bakchich.info décrypte avec Antoine Glaser la politique africaine de la France sous la présidence Sarkozy : tout le monde y a sa place : Guéant, Bourgi, Bongo, ... La France joue un jeu dans un autre temps... la Françafrique est toujours présente. Sarko et la "Françafrique" envoyé par bakchichinfo
VIDEO Foccart est mort, vive Joyandet Néocolonialisme décomplexé à la française
Le 22 juin 2008, par Antoine Houphouët-Boigny, dans Dictateurs "amis de la France" - morceaux choisis
Le nouveau secrétaire d’Etat à la coopération, Alain Joyandet, refuse le terme "Françafrique" au motif qu’il daterait des années 60. Certes, l’épouvantail agité par Paris n’est plus le bloc soviétique, mais la Chine. A cette réserve près, le père du néocolonialisme français, Jacques Foccart, aurait pu tenir, mot pour mot, le même discours que le petit soldat africain de Sarkozy. Jugez-en plutôt. La tête de Bockel tombée pour plaire à Bongo, Sarkozy a voulu le maire de Vesoul. Et on a le maire de Vesoul - (...)
Après la sortie de Bockel contre la Françafrique Bongo, Biya et Sassou se trahissent... mais Sarkozy les rassure
Le 21 janvier 2008, par Jean Denard, dans Dictateurs "amis de la France" - morceaux choisis
Pourquoi Bongo, Biya et Sassou se sont-ils sentis visés par l’accusation de "gaspillage des fonds publics" ? Eux que l’on connaît pourtant d’une probité à toute épreuve. Las ! Loin de s’émouvoir de ces encombrantes confessions, Sarko le killer donnait aussitôt des gages à ses "amis africains" - du moins, ça y ressemble. Dans son appel à ce que le président de la République enterre la Françafrique, le secrétaire d’Etat Jean-Marie Bockel avait pris bien soin de ne stigmatiser personne. "Je ne suis pas là (...)
International : Sarkozy tient toutes ses promesses - Russie, Chine, Libye, Gabon, Congo, Algérie, Angola... Rien que des amis démocrates
Le 6 décembre 2007, par Jean Denard, dans Dictateurs "amis de la France" - morceaux choisis
Il fallait oser. Sarkozy l’a fait. Toujours soucieux de respecter ses promesses, Sarkozy ne pouvait décemment pas se lier d’amitié avec des dictatures. Qu’à cela ne tienne. Grâce à Sarkozy, toutes les dictatures de la terre sont en passe de devenir des démocraties. Pour peu, on se serait laissé entrainer par le cortège des lâches critiques de notre brave président. Heureusement qu’il nous reste un semblant de discernement. Qu’on se le dise, les médias s’acharnent à tort contre le grand écart supposé (...)
A quand la rupture ? Après le Gabon, Nicolas Sarkozy se rendrait en Angola... Le président français au chevet d’un des dirigeants africains les plus corrompus
Le 25 septembre 2007, par Antoine Houphouët-Boigny, dans Dictateurs "amis de la France" - morceaux choisis
Nicolas Sarkozy a estimé le lundi 24 septembre, après avoir rencontré le président angolais José Eduardo dos Santos, que la page des mauvaises relations entre la France et l’Angola était "définitivement tournée" et qu’il se rendrait en Angola en janvier 2008 avec son ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner. Ainsi après le Gabon, le président français n’hésite pas à choisir l’Angola comme destination d’un prochain voyage sur le continent africain. Les ressemblances entre les deux pays sont (...)
Le programme de l’UMP mis à mal "Nous ne soutiendrons ni les dictatures, ni les pays dirigés par des régimes corrompus" Sarkozy : "il n’y a que les imbéciles pour pas changer d’idée"...
Le 4 juillet 2007, par Jean Denard, dans Dictateurs "amis de la France" - morceaux choisis
Dans son programme électoral, l’UMP assurait que la France ne maintiendrait de coopération qu’entre "pays démocratiques". L’UMP et son mentor nous auraient-ils menti ? Avec Bongo, Sassou et Campaoré sur le podium des amis africains de Sarkozy, moins de 2 mois après l’élection du 6 mai, c’est mal barré...